Etat d’esprit #4

 

Je prends conscience que j’arrive à gérer mes pensées de manière presque naturelle, ou du moins automatiquement, mais que je ne me l’avoue pas. Comme si je voulais rester attachée à ces pensées provoquées par cette “maladie” qui me donne une certaine fragilité. Je suis tiraillée entre l’envie de me montrer forte et l’envie de me montrer fragile. J’ai encore le désir d’être protégée, d’être portée, par l’autre et j’ai peur qu’en me montrant forte, en assumant toutes mes responsabilités (travail, …), je sois seule, abandonnée comme un enfant qui a perdu ses parents. Et pourtant, j’en ai aussi marre de cette fragilité, j’aimerais pouvoir l’écarter, j’aimerais qu’elle ne me définisse plus, j’aimerais qu’elle me quitte.

Comment trouver l’équilibre entre ma force et ma fragilité? comment faire de ma fragilité une force, sans perdre cette fragilité? car j’ai l’impression que c’est cette fragilité qui fait que certaines personnes viennent vers moi, sont en demande de mon écoute, de mon attention.

Des questions et pas encore de réponses. Sans doute parce que je ne suis pas encore prête à comprendre la réponse…pourtant…

en attendant je dois faire semblant d’être forte…